Accueil www.macoree.com

Scandale autour de la présidentielle
Alain Devalpo (décembre 2003)

En Corée du Sud, un an après son élection, le président Roh Moo Hyun se déclare prêt à démissionner. Il est impliqué dans une affaire de fonds illégaux ayant servit à financer la campagne présidentielle de décembre 2002.

Cela ne fait plus aucun doute. Les deux candidats à l’élection présidentielle de décembre 2002 ont bénéficié de fonds illégaux versés par des entreprises pour financer leur campagne. Et un an plus tard, ils sont tous les deux, à nouveau, à la Une des journaux de Séoul.

« J’endosse toute la responsabilité et je suis prêt à aller en prison », a affirmé le perdant, le candidat conservateur Lee Hoi-Chang.

Le gagnant, le réformateur Roh Moo Hyun, pour sa part, a déclaré : « Je m’excuse pour les problèmes causés et je suis prêt à démissionner à condition qu’il soit prouvé que mes collaborateurs ont touché plus de 10 % de la somme perçue par mon adversaire ».

Un adversaire qui aurait bénéficié de 50 milliards de wons.

De la sorte, le chef de l’état renvoie l’ascenseur aux conservateurs qui lui mènent la vie dure depuis quelques semaines. Il tente aussi de gagner le soutien de l’opinion publique, lui qui, lors de son élection, bénéficiait de l’image d’un homme non corrompu.

La déclaration du président Roh a plongé le monde politique sud-coréen dans un profond désarroi, les électeurs aussi.

Papier enregistré pour Radio France Internationale.
Alain Devalpo