Accueil www.macoree.com

La grève du ventre des Sud-coréennes
Alain Devalpo (mars 2004)

L’institut national des statistiques coréen a émis un signal d’alarme, les Coréennes ont depuis 2002 le plus faible taux de fécondité de la planète. Avec 1,17 enfant par femme, elles font moins d’enfants que les Japonaises qui elles ont un taux de fécondité de 1,30. Le débat autour des conditions à mettre en œuvre par le gouvernement pour enrayer cette chute des naissances, d’autant plus problématique que l’immigration est quasiment inexistante, ne fait que naître.

La grève du ventre des Sud-coréennes

Il est déjà difficile d’être une femme moderne en Corée, pays imprégné par la stricte morale confucianiste où la place d’une femme est bien sûr au foyer.

Il est encore plus difficile d’être une maman moderne et les Coréennes sont de plus en plus nombreuses a ne pas vouloir d’enfant ; découragées par les difficultés qu’elles rencontreront pour les élever. Au point que le taux de fécondité des Coréennes est le plus bas au monde depuis deux ans, selon l’institut des statistiques coréen.

En Corée tout a changé très rapidement et la société ne s’est pas adaptée au désir des femmes d’avoir une vie active. Dans ces conditions, beaucoup refusent aujourd’hui de sacrifier leur vie professionnelle pour avoir un enfant.

Si elles franchissent le pas, c’est le début d’un chemin de croix. Les aides sont maigres et les structures publiques qui accueillent des enfants sont trop rares. Dans le meilleur des cas, les grands-parents sont appelés au secours - mais le plus souvent les enfants sont inscrits dans des instituts privés. Or payer ces instituts représente une telle charge financière pour les couples qui ont un premier enfant qu’elle devient dissuasive et qu’ils évitent alors d’en avoir un second.

Papier enregistré pour Radio France Internationale.
Alain Devalpo